Grand Raid 2016, le récit de Marco et Steph

Diagonale 2016-final from Team Rhuners on Vimeo.

Une des particularités marquantes des courses d’Ultra trail est que certaines images , moments et souvenirs ressurgissent quelques jours, quelques semaines et parfois plus longtemps après la course, la distillation lente de ces instants de course permet de les apprécier durablement, le cerveau semblant effacer les moments difficiles au profit de ces souvenirs positifs.

 

Voici en vrac quelques moments délicieux ou moins de cette course fabuleuse.

35429060 

Je me souviens les mains tendues des enfants par centaines dans les premiers Kilomètres de la course et l’envie de toutes les toucher mais le besoin aussi de rester concentré et de gérer ses émotions.

Je me souviens la première nuit au ravitaillement de Piton sec, la joie de me retrouver par hasard face à mon ami Pascal que je n’avais pas vu depuis 15 ans.

Je me souviens m’être dit à 5 km de l’arrivée « je vais faire un malaise , je vais m’évanouir » et m’être dit que ce serait trop bête d’abandonner si proche.

35377884

Je me souviens les encouragements de Christophe à Cilaos, je me souviens aussi qu’en 1999 lors de cette même course que nous avions finis ensemble, déjà il m’encourageait et s’étonnait de ma (bonne) forme en fin de course alors même que nous courrions ensemble et au même rythme depuis des heures… J

Je me souviens ma stupéfaction à l’instant où je m’aperçus au milieu de la nuit que mes piles de rechange de ma frontale n’étaient pas de la bonne taille

Je me souviens du silence de mafate parfois coupé par de rares chants d’oiseaux.

Je me souviens des encouragements que nous entendions depuis le sommet du maido d’où nos noms étaient hurlés comme une bouteille à la mer dans le cirque de Mafate jusqu’à ce que je m’aperçoive qu’ils nous étaient destinés.

Je me souviens avoir doublé HONORINE Léonce dans Mafate pour la 2ème fois de ma vie, je l’avais doublé le Vendredi 26 aout 2012 à 2h40 du matin dans les rues de Chamonix quelques centaines de mètres avant l’arrivée de la TDS. La lecture de son nom sur son dossard me projeta 4 ans plus tôt et sa stupéfaction fut grande lorsque je lui rappela son classement de 2012 J.

Je me souviens les yeux humides de mon pote Steph sur la ligne d’arrivée…

Je me souviens que j’ai couru pour moi mais que cette fois  je sentais plus fort vos soutiens et que notre engagement pour La Chaine de l’espoir et les enfants nous avait porté plus loin et plus haut encore.

Je me souviendrais toujours que l’aventure est encore plus belle lorsqu’elle est partagée.

Je me souvenais que la montée du Taîbit était un chantier difficile, mes souvenirs étaient encore bien frais.

Je me souviens aussi avoir traversé des ravines sans intérêt, m’être accroché aux arbres ou à des cordes pour y descendre, avoir traversé des déchetteries en fond de ravine…

35380228

Je me souviens avoir vu Stéphane danser le zouk dans la cour d’une maison où un Kabar s’y tenait, leurs habitants offrant boissons et hospitalité aux trailers qui s’y arrêtaient.

Je me souviens aussi l’infusion dans la montée du taibit, délicieux prétexte pour faire une pause assise bien méritée.

Je me souviens le chemin des Anglais, ses pavés de lave qui tournoyaient devant mes yeux hallucinés et lourds de fatigue.

Je me souviens que notre assistance était toujours là quand on les espérait et même parfois plus et je me souviens m’être inquiété de leur fatigue.

Je me souviens Stéphane et moi assis tels 2 vieux gramouns accoudés aux tables de tous les derniers ravitaillements.

Je me souviens les lueurs orangées du 1er lever de soleil sur la Plaine des Cafres.

35402119

Je me souviens avoir attendu avec impatience le 2ème lever de soleil pour espérer enfin sortir de ma torpeur et de mon endormissement.

Je me souviens de la soupe maison de tomate de Nicole et des Muffins poire chocolat de Paul au sommet du Maîdo qui fut de loin le plus beau ravitaillement.

Je me souviens aussi que Nicole m’avoua le lendemain que cette soupe n’était  pas maison mais qu’à ce moment-là il fallait soigner aussi le mental.

Je me souviens mon pincement de cœur lorsque j’appris l’abandon de Richard et mon soulagement aussi lorsque j’ai eu des nouvelles d’Yvan.

Je me souviens aussi avoir claqué la bise à un gendarme à Cilaos certes ami de longue date mais quand même J

35380230

Comments are closed.